Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
14 mars 2013 4 14 /03 /mars /2013 00:00

 

 

09C2-60-13 03 09 redimensionner

 

 

 

09C2-61-13 03 09 redimensionner

 

 

 

 09C2-63-13 03 09 redimensionner

 

 

 

 09C2-65-13 03 09 redimensionner

 

La mer en hiver

m'enveloppe de lumière

grise mon corps

s'endort

 

 

 

 

 

 

 

30 janvier 2012 1 30 /01 /janvier /2012 00:00

 

 

Heuristique sur la situation terrestre

 

 

En ce qui concerne Dieu, il y a 3 hypothèses :

 

Soit Il est las. Il faut dire que bâtir le monde a demandé beaucoup d’énergie. Ca a bien marché pendant des millions d’années, trop bien marché, Dieu s’ennuyait. Toutefois, avec le recul, la création de l’homme n’était finalement pas une bonne idée. C’est certain que sa présence a augmenté la complexité et le suspens de l’Histoire. Mais il a mis un tel boxon sur Terre, que c’est devenu indémerdable, on ne peut pas le dire autrement. Chaque jour l’homme invente une bêtise supplémentaire. Et Dieu, ça finit par le fatiguer.

 

05C1-05-31 12 04 

 

Soit Il n’est plus là. Il s’en fout. Ca a mal tourné, Il ne veut plus s’en occuper, ça ne L’intéresse plus. Dieu, Il est sur d’autres projets, peut-être expérimenter un nouvel univers avec des souris de laboratoire, ou concevoir une centrifugeuse d’étoiles, ou étudier la réinsertion des dinosaures… Il a oublié l’épisode humain.

 

 

05C1-06-31 12 04

 

 

Soit Il se marre. C’est un dieu moqueur que la situation sur Terre fait bien rigoler. Il aime l’humour acide du pauvre type en train de scier la branche sur laquelle il est assis. Il attend l’explosion terrestre comme un bouquet final.

 

 

05C1-13-01 01 05

 

 

Ce qui est sûr, c’est qu’on ne peut pas compter sur Lui.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

1 novembre 2010 1 01 /11 /novembre /2010 00:00

 

 

 

10-C2-03-01 04 10R

 

Le raffut du rouge

Qui vocifère sa chanson

Pour qu’on l’entende au fond des cours

 

10-C2-05-01 04 10R

 

Le rouge jamais discret

Toujours devant

Pour être admiré dans le soleil levant

Jouisseur sans ascèse

Sans fraîcheur ni repos

 

10-C2-13-04 04 10R

 

Fanfaron

Qui pare les écailles des dragons

Et pète de toutes ses forces

Dans les pétards des fêtes

 

10-C2-23-04 04 10R

 

Ecoutez !

les tambours rouges résonnent,

qui chassent les mauvais esprits.

13 septembre 2010 1 13 /09 /septembre /2010 00:00

 

 

10-C2-65-26 04 10 redimensionner 

 

Pour la première fois

J’ai dessiné dans le rouge,

Et glissé dans le cramoisi d’une soie somptueuse

qui s’écarte

sur la carnation de la peau gercée par l’émotion

 

 10-C2-36-22 04 10 redimensionner

 

je m’étonne

pourquoi dans l’écarlate s’ouvre une profondeur ?

 

 10-C2-56-21 04 10 redimensionner

 

Je fais surgir des braises d’élégies perdues, des traces de sang séché, des reflets de satins précieux, des pétales fragiles d’amarantes coupées, des turpitudes pourpres, des bonheurs rubiconds

 

10-C2-50-21 04 10R

 

Je me blesse aux pointes de rouge acéré

 

10-C2-62-26 04 10R

 

Rouge !

la teinte de l’éclat : celle qui se voit, celle qui vous brûle ;

à la fois matière brute, étoffe raffinée ;

la première couleur nommée par l’homme ébloui.

 

10-C2-27-04 04 10R

 

Rouge :

un des mots les plus anciens du monde.

On disait rouge quand on pensait beau.

 

10-C2-45-22 04 10R

 

Incandescente fuse la fascination.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

6 septembre 2010 1 06 /09 /septembre /2010 00:00

 

 

Mon grand père aimait les arbres. Il a travaillé dur toute sa vie, devant sa forge dès le petit matin, sans vacance et sans voyage. Il a rempli tous les devoirs dont il s’estimait chargé sans chercher à s’esquiver.

 

09C2-35-26 02 09 redimensionner

 

Mais, de temps en temps, il disparaissait une journée entière dans les bois. Ma grand-mère lui préparait un sac avec un repas, un vêtement chaud, et le laissait partir. Moi, petite, je sentais bien qu’il s’échappait, qu’il quittait le monde fatigant des hommes pour entrer dans le temps murmurant des arbres. J’aurais voulu qu’il m’emmène. Je pensais qu’il allait voir les elfes et les fées. Je savais que c’était dangereux et magnifique à la fois.

 

09C2-52-08 03 09 redimensionner

 

Pendant toute une journée on le perdait.

 

09C2-62-13 03 09 redimensionner

 

Au soir il revenait, silencieux. A mes yeux d'enfant, il avait cent ans.

 

 

 

 

 

186# Dans les plis du carnet : le temps des arbres (1)

187# Dans les plis du carnet : le temps des arbres (2)

2 septembre 2010 4 02 /09 /septembre /2010 16:00

 

 

Longtemps les arbres ont relié les générations d’hommes. Car les artisans préparaient le bois de leurs enfants comme ils profitaient du bois de leurs pères.

 

09C2-19-28 02 09 redimensionner

 

Les arbres obligent à la lenteur, exigent la profondeur.

  

Regarder un arbre c’est contempler le temps. Celui qu’un homme n’a pas le temps de vivre.

 

09C2-20-28 02 09 redimensionner 

 

On ne peut pas couper un arbre sans savoir. C’est trop facile.

Comment oser dire qu’un arbre gêne ? Les hommes ne gênent-ils pas la Terre entière ?

 

09C2-30-28 02 09 redimensionner

 

S’il vient un temps où les arbres, renonçant à la sérénité, se mettent à marcher, il se pourrait que les hommes tremblent.

 

 

 

 

 

186# Dans les plis du carnet : le temps des arbres (1)

 

 

 

30 août 2010 1 30 /08 /août /2010 00:00

 

 

 

 

Le temps des arbres n’est pas celui des hommes. Du haut de leur frondaison ils voient passer les vies humaines. Agitées rapides éphémères perdues.

 

09C2-03-19 02 09 redimensionner

 

Parce qu’un jour des herbes folles ont rêvé de toucher les nuages,

Sont devenues des arbres.

Alors seulement, s’accrochant à leurs troncs, les hommes ont pu se dresser.

 

09C2-04-19 02 09 redimensionner 

 

Les arbres respirent la lumière.

Immobiles.

Ils acquièrent la sagesse et la force qu’ils concentrent dans les cercles de leur tronc, écrivant Om au creux de leur âme pour le chanter dans leur feuillage.

 

09C2-15-28 02 09 redimensionner

 

Ecoutez, les arbres résonnent d’ondes sacrées.

 

 

 

 

17 mai 2010 1 17 /05 /mai /2010 00:00
5 avril 2010 1 05 /04 /avril /2010 00:00




08C1-63-01 03 08 redimensionner


Aérienne, ébouriffée,

Plume se laisse emporter par le souffle du vent,



08C1-59-01 03 08 redimensionner

Plume a l’air de rien.



08C1-55-01 03 08 redimensionner


Plume est caressante,

au creux du lit, elle tient bien chaud.

Aile sauve la vie des oiseaux.



08C1-58-01 03 08 redimensionner

La fragilité de Plume résiste à la tempête

dans l’abandon.



08C1-64-01 03 08 redimensionner

Plume écrit les mots de Pierrot

sous la lune.

Plume est douce et acérée,

Pointue,

Plume tue.



08C2-03-01 03 08 redimensionner

Plume est l’insignifiante profondeur des choses.

Elle est si lourde de sens

qu’elle devient légère comme une plume.




08C2-04-01 03 08 redimensionner

Plume est la vie naissante et la mort finissante,

Plume est le temps perdu,

enfui.



08C2-05-01 03 08 redimensionner


Plume nous console tous d’avoir été plumés rôtis

par la vie.




08C2-02-01 03 08 redimensionner






29 octobre 2009 4 29 /10 /octobre /2009 10:43




Tisser le paysage

 

 

La nature tisse le paysage, entrecroise les matières, superpose les feuilles, stratifie les terrains,

 


 

emmêle les branches, noue les herbes folles, mélange les poussières, juxtapose les couleurs,

 


 

ne jette rien, recycle tout, tasse la pile à pieds joints…

 


 

…et regarde tranquillement pousser le paysage poubellesque pendant que vieillit le corps des hommes.

 


 

 

::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::

 

Alors moi, je fais pareil, je récupère toutes les chutes de papier et je tisse des paysages avec ces petits bouts de rien.

 

 

 

 

 


17 septembre 2009 4 17 /09 /septembre /2009 12:38



J’ai vu s’ouvrir la nuit première et tout son bleu de perle vraie.

Saint-John Perse

Amers

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


27 août 2009 4 27 /08 /août /2009 12:00


Quand j’étais petite, mon père me disait toujours « Puce, écoute la trompette ».

 




Elle chante pour endormir les morts. Pour qu’ils se reposent, étendus au creux de la terre, et ne se relèvent plus en cherchant la lumière.



Car elle sait la force et la douceur qu’il faut pour parler aux fantômes.

Quand je serai morte, jouez moi la sonnerie aux morts. Sinon je reviendrai.

 

 ***************************************************************************





La trompette a l’éclat d’un soleil d’or, et sa gorge est ronde et profonde comme un soleil noir.

 


Elle lance son cri clair dans les airs qui éclate en étoile.

Elle rit, elle clame, elle appelle !

 



Elle est la bouche et l’oeil sombre du musicien. Elle est la trompe de l’éléphant qui souffle sa colère.

On a toujours l’impression que cette gueularde va se mettre à vociférer. Mais quand Chet Baker la prend, elle pleure comme un violon.





C’est une petite péteuse qui tend son long cou pour qu’on l’entende. Une effrontée qui montre tout son ventre ouvert. Elle étale fièrement les circonvolutions dorées de son intestin grêle.

 

Elle tempête, elle rouspète, elle chante à tue-tête !

sonnette ! sornette ! soufflette ! sucette !

chouette ! mouette ! pouêt !

 
*****************************************************************************




Mais parfois le musicien baisse la tête comme un grand échassier ;

autour de l’instrument il se replie pour l’embrasser,

et la trompette au chaud de son corps, se met à murmurer.

 







20 août 2009 4 20 /08 /août /2009 17:55




Les vagues dans la mer,

le vague de la mer,




les larmes dans la mer,

le vague de l’amer,

 



l’âme de la mer est dans ses lames

 



vogue sur les vagues amères,

vague amertume de l’écume,

valse des vagues sur la mer,

 



vaguement au loin une voile.

 



13 août 2009 4 13 /08 /août /2009 16:05

 

 

 

Toute ma soif de mer,

ma mère,

salée et trop amère.

Heureusement,

le vent.

'''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''





4 août 2009 2 04 /08 /août /2009 09:45


Et c’est un songe en mer comme il n’en fut jamais songé, et c’est la Mer en nous qui le songera (…).

Saint-John Perse

Amers

 


 

 

Quand la mer se retire, elle laisse dans la trace irisée de sa robe, un espace incertain et éphémère où l'eau, le sable et le ciel se mêlent. Sous ces reflets d'argent, l'immatériel affleure à la surface du monde et dans cette caresse, pendant un instant, ce n'est plus la mer et pas encore la plage. On marche sur la couleur du ciel. La lumière se couche sur le sable. C'est fragile et doux comme la peau nue. 

 

 



Dans la beauté transparente de ce lieu indécis, Vénus née de la mer, posa son pied sur la terre des hommes.

 

 (c'est dire de l'amour)

 

11 mai 2009 1 11 /05 /mai /2009 14:21


Les éléments impitoyables

 

 

Sur la plage je n’y vais que depuis peu de temps. Ce qui me surprend toujours c’est l’implacabilité des éléments. Le soleil et le sable sont brûlants et éblouissants, la mer et le vent sont glacés et salés. Pour survivre il me faut toute une panoplie : un chapeau enfoncé sur la tête pour éviter l’insolation, des lunettes de soleil sur le nez pour ouvrir les yeux, un tee shirt pour résister au vent, une tartinade de crème épaisse pour ne pas cuire. Et un paréo pour faire tente en cas de situation extrême. La seule femme voilée sur la plage, c’est moi. Je sors mon nez en toute fin d’après midi quand il faut enfiler un pull pour ne pas attraper un rhume.




J’ai toujours un air huilé. Guillaume me félicite souvent pour mon déguisement de canard.




Je dois certainement cette inadaptation ridicule au fait que je suis née à des centaines de kilomètres de toute mer. Je n’ai pas la bonne peau. C’est pas de ma faute.




A la fin du séjour je suis au mieux couverte de taches brunes qui de loin donnent l’impression d’un léger hâle. Plus ça va moins les taches partent, c’est la joie.




Et pourtant j’adore la mer et la plage, ça me lave la tête, ça m’assomme de chaleur, ça m’endort comme dans le ventre de ma mère. Et c’est le seul endroit où je ne fais rien.

Rien.

Ca repose.

 

 

 

Présentation

  • : anne-claire thevenot / carnets temporels
  • anne-claire thevenot / carnets temporels
  • : carnets de vie, carnets de voyage, peintures et dessins, lecture et écriture, au fil des correspondances poétiques.
  • Contact

Les images et les textes .

Les images et les textes de ce blog sont protégés par la législation en vigueur sur la propriété intellectuelle. Ils ne peuvent être reproduits ou utilisés de quelque manière que ce soit sans autorisation écrite préalable de l'auteur.

Recherche