Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
7 mai 2012 1 07 /05 /mai /2012 00:00

 

 

 

12C2-01-16 02 12 redimensionner

 

L’attente abime l’amour,

l’attente nous abîme.

Elle étire l’amour jusqu’au fil

ténu.

 

 

12C2-08-17 02 12 redimensionner

 

Le long du long chemin d’attente,

dans des éclairs d’absence,

parfois,

j’oublie d’attendre,

j’oublie.

 

12C2-04-16 02 12 redimensionner

 

Au fil de l’attente,

quelque chose d’infime s’en va,

quelque chose de l’amour

nu.

 

12C2-05-16 02 12 redimensionner

 

Un jour, mon amour, on se réveille de l’attente

et on n’aime plus.

 

12C2-02-16 02 12 redimensionner

 

Au creux des reins, il ne reste rien.

 

 12C2-07-19 02 12 redimensionner

 

 

 

 

30 avril 2012 1 30 /04 /avril /2012 00:00

 

 

12C2-06-19 02 12 redimensionner

 

Etre sans voix. Sans cri. Sans murmure.

Etre sans écriture.

 

**********************

 

12C2-12-19 02 12 redimensionner

 

 

J’attends.

J’attends le temps.

J’attends la fin du temps.

J’attends sans oser bouger, pour ne pas réveiller la peine, pour ne pas remuer l’obscur.

 

 

12C2-20-19 02 12 redimensionner

 

J’attends que les racines de l’attente

profondément s’enfoncent

au plus sombre de la terre.

 

12C2-16-19 02 12 redimensionner

 

 

J’attends la décomposition de l’amour ;

de l’amour enfin la douceur

de la pourriture.

 

12C2-13-19 02 12 redimensionner

 

 

J’attends la sédimentation de l’absence.

J’attends devant le vide immense, que le temps retombe en poussière, en poussière de temps qui lentement m’enterre

dans le gris de l’oubli.

 

12C2-25-23 02 12 redimensionner

 

***********************

 

Je ne veux plus rien croire de l’espoir.

 

***********************

 

12C2-11-19 02 12 redimensionner

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

16 avril 2012 1 16 /04 /avril /2012 00:00

 

 

 

11C5-45-10 10 11 redimensionner

 

 11C5-46-10 10 11 redimensionner

 

 

Souviens-toi, quand on était jeunes amoureux, passionnés, inquiets, fragiles, jaloux, écorchés vifs, à force de se frotter l’un à l’autre, de heurter nos amours, de gratter nos peines, de creuser nos pensées, on s’arrachait des lambeaux de peau, puis on léchait nos blessures et on pansait nos désirs, souviens toi de ce long temps avant la patience, maintenant qu’on est vieux, regarde, la peau n’a pas repoussé.

 

 

  écorché détail

 

 

  écorchée détail

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

9 avril 2012 1 09 /04 /avril /2012 00:00

 

 

 

12C1-54-21 01 12R

 

 

Je suis blanche du givre de la solitude

L’hiver à l’âme

Aucune fleur sur ma peau

Je porte mes amours mortes

Comme des carcasses d’abattoir

Il n’y a plus de sang chaud

 

 

12C1-56-21 01 12R

 

 

Sanglant un cœur dans la neige

Arraché fumant battant condamné

   

  12C1-58-22 01 12r2

 

 

D’attente je suis glacée.

 

 

IMGP7744R

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

2 avril 2012 1 02 /04 /avril /2012 00:00

 

 

12C1-61-06 02 12 redimensionner

 

12C1-62-06 02 12 redimensionner

 

 12C1-63-07 02 12 redimensionner

 

 12C1-64-07 02 12 redimensionner

 

 12C1-65-07 02 12 redimensionner

 

 12C1-66-06 02 12 redimensionner

 

 12C1-67-05 02 12 redimensionner

 

  12C1-68-05 02 12 redimensionner

 

 12C1-69-22 01 12 redimensionner

 

 

IMGP7743

 

 12C1-70-06 02 12 redimensionner

 

 12C1-71-06 02 12 redimensionner

 

 

 

 

 

 

   

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

26 mars 2012 1 26 /03 /mars /2012 00:00

 

 

12C1-53-04 02 12 redimensionner

 

12C1-55-04 02 12 redimensionner

 

 12C1-57-21 01 12 redimensionner

 

 12C1-59-04 02 12 redimensionner

 

 12C1-60-04 02 12 redimensionner

 

 

Ce qu'il reste de nous

Ce qu'il reste de l'amour mon amour

Ce qu'il reste de l'amour après l'amour

Ce qu'il reste de l'amour quand il s'en va

Où va l'amour quand il s'en va

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

19 mars 2012 1 19 /03 /mars /2012 00:00

 

  

 

12C1-45-21 01 12 redimensionner 

12C1-45-21 01 12 texte redimensionner

  12C1-46-21 01 12 redimensionner

  12C1-46-21 01 12 texte1 redimensionner

 12C1-46-21 01 12 texte2 redimensionner

 12C1-47-19 01 12 redimensionner

 12C1-47-19 01 12 texte redimensionner

  12C1-48-23 01 12 redimensionner

 12C1-48-23 01 12 texte redimensionner

  12C1-49-21 01 12 redimensionner

 12C1-49-21 01 12 texte2 redimensionner

  12C1-50-26 01 12 redimensionner

  12C1-50-26 01 12 texte redimensionner

    12C1-51-21 01 12 redimensionner

    12C1-51-21 01 12 texte2 redimensionner

    12C1-51-21 01 12 texte redimensionner

    12C1-52-21 01 12 redimensionner

  12C1-52-21 01 12 texte1 redimensionner

    12C1-52-21 01 12 texte2 redimensionner

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

12 mars 2012 1 12 /03 /mars /2012 00:00

 

 

 

 

 

12C1-39-14 01 12 redimensionner

 

 

 

12C1-40-14 01 12 redimensionner

 

 

 12C1-41-14 01 12 redimensionner

 

 

 

 12C1-42-14 01 12 redimensionner

 

 

 12C1-43-14 01 12 redimensionner

 

 

 12C1-44-14 01 12 redimensionner

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

5 mars 2012 1 05 /03 /mars /2012 00:00

 

 

 

12C1-29-14 01 12 redimensionner

12C1-30-14 01 12 redimensionner

 12C1-31-14 01 12 redimensionner

 12C1-32-06 01 12 redimensionner

 12C1-33-09 01 12 redimensionner

 12C1-34-09 01 12 redimensionner

 12C1-35-08 01 12 redimensionner

 12C1-36-14 01 12 redimensionner

 12C1-37-14 01 12 redimensionner 

 12C1-38-14 01 12 redimensionner

 

 

 

 

 

  12C1-33-09 01 12détail1

 

  12C1-34-09 01 12détail1

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

27 février 2012 1 27 /02 /février /2012 00:00

 

 

 

12C1-20-10 01 12 redimensionner

    12C1-21-14 01 12

 

12C1-22-08 01 12 redimensionner

 12C1-23-09 01 12 redimensionner

 12C1-24-14 01 12 redimensionner

 12C1-25-14 01 12 redimensionner

 12C1-26-14 01 12 redimensionner

 12C1-27-14 01 12 redimensionner

 12C1-28-14 01 12 redimensionner

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  12C1-20-10 01 12détail2 

 

  12C1-20-10 01 12détail1

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

22 novembre 2010 1 22 /11 /novembre /2010 00:00

 

 

Le fil est rouge qui relie les êtres à la vie à la mort

 

10-C2-61-21 04 10R

 

Chaque jeune fille chinoise offrait à son bien-aimé une bourse rouge parfumée brodée de fleurs, qu’il se devait de porter visiblement sur lui pour montrer son engagement. Une bourse en signe de richesse (spermatique), en espoir de caresses chaudes, de générosité féconde, pour que s’ensemence en elle la vie à venir. Un symbole masculin orné par des mains féminines, reposant doux au creux des paumes ouvertes.

 

10-C2-52-21 04 10R

 

En Chine, les mariages et les fêtes sont rouges.

La mariée s’avance voilée de rouge ; c’est au marié de soulever le voile pour affronter la face du mystère. Tout est rouge autour des époux comme au ventre du dragon.

 

10-C2-58-21 04 10R

 

En Occident les toits sont rouges au lieu de refléter le bleu du ciel.

En Chine les portes sont rouges qui s'ouvrent sur l'ombre intime des maisons. 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

191# Dans les plis du carnet : Rouge Chine (1)

193# Dans les plis du carnet : Rouge Chine (2)

197# Dans les plis du carnet : Rouge Chine (3) 

199# Dans les plis du carnet : Rouge Chine (4) 

203# Dans les plis du carnet : Rouge Chine (5) 

205# Dans les plis du carnet : Rouge Chine (6) 

209# Dans les plis du carnet : Rouge Chine (7)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

15 novembre 2010 1 15 /11 /novembre /2010 00:00

 

 

 

Quand je n’ai pas de bleu, je mets du rouge

Picasso

 

Il y a des rouges gais et légers, des rouges rieurs qui s’amusent en chantant

Il y a des rouges froids, des rouges pesants et graves, presque tristes

 

10-C2-29-11 04 10R

 

Le rouge sombre du sang : yin, intérieur, nocturne, centripète

Le rouge clair du feu : yang, éclatant, solaire, centrifuge

 

10-C2-30-11 04 10R

 

Rouge gueulard comme un guerrier brutal, fragile comme un pétale tombé, chaleureux comme un foyer allumé, dangereux comme un couteau tiré ;

rouge brut de la terre et raffiné de la soie,

rouge de la vie donnée et de la mort subie.

 

10-C2-22-15 04 10R

 

Le rouge contient tous les commencements.

 

10-C2-17-04 04 10R

 

Rouge est le théâtre puisque c’est la couleur de la vie.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

191# Dans les plis du carnet : Rouge Chine (1)

193# Dans les plis du carnet : Rouge Chine (2)

197# Dans les plis du carnet : Rouge Chine (3) 

199# Dans les plis du carnet : Rouge Chine (4) 

203# Dans les plis du carnet : Rouge Chine (5) 

205# Dans les plis du carnet : Rouge Chine (6)  

 

 

 

4 octobre 2010 1 04 /10 /octobre /2010 00:00

 

Parce que l’amour est brûlant, il est rouge et pas vert.

 

10-C2-44-18 04 10R

 

Le désir a du zinzolin aux fesses.

La passion incendie, la pulsion attise les flammes

Et tout est rouge feu aux corps-volcan des amants fous

 

10-C2-47-22 04 10R

 

Le rouge concentre les sentiments humains

Jusqu’à l’explosion terrible

 

10-C2-39-18 04 10R

 

Et puis

La lave refroidie devient noire

Au doux cœur des cendres dorment les amours consumées jusqu’à la fin des temps

 

10-C2-33-20 04 10R

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

191# Dans les plis du carnet : Rouge Chine (1)

193# Dans les plis du carnet : Rouge Chine (2)

 

 

 

 

 

 

 

28 juin 2010 1 28 /06 /juin /2010 00:00




En Perse, en Afghanistan, au Pakistan, la première rencontre des fiancés se faisait dans l’eau pure du miroir.



02C4-10-19 07 02 redimensionner

Il était accroché sur le mur du fond de la pièce. Les deux fiancés entraient par des portes opposées et sans se regarder directement, venaient plonger le regard dans le reflet du miroir, se découvrant ainsi. Ils se voyaient inversés, redressés, corrigés, visibles dans leur réalité essentielle, comme au Paradis.



02C4-12-20 07 02 redimensionner

 







128# Dans les plis du carnet : visages (1)
130# Dans les plis du carnet : visages (2)
144# Dans les plis du carnet : visages (3)
146# Dans les plis du carnet : visages (4)
156# Dans les plis du carnet : visages (5)
158# Dans les plis du carnet : visages (6)
160# Dans les plis du carnet : visages (7)
168# Dans les plis du carnet : visages (8)
170# Dans les plis du carnet : visages (9)




11 novembre 2009 3 11 /11 /novembre /2009 11:09



 

Face à face ils se rencontrent.

Humides, ils s’approchent et les pages se ferment qui les collent l’un à l’autre.






Ils s’impressionnent, s’impriment, s’estampent réciproquement. Ils mélangent leurs couleurs.






Ils sèchent ensemble, se soudent aux corps, ne font plus qu’un.






Quand la vie ouvre les pages, elle les sépare, les déchire, et chacun emporte de l’autre un lambeau de chair en souvenir.









24 septembre 2009 4 24 /09 /septembre /2009 12:44


Les êtres s’attachent l’un à l’autre.


Ils ont entre eux des fils de chair invisibles auxquels ils se suspendent. Comme des équilibristes ils se tiennent au dessus du vide emmêlés dans leurs liens.


Ils s’accrochent, se ficellent, s’emprisonnent, on ne sait plus.

 

Les êtres coulent l’un dans l’autre.


Ils s’abreuvent à l’autre comme à une fontaine.


Entre eux de longs filets de bave s’étirent. Ils n’ont plus qu’une seule bouche, un même ventre.


Leurs liquides se mélangent dans la cuisine des corps, dans la lessive des familles. Ils se versent, se déversent, se renversent. Ils prennent l’autre pour un vase, parfois pour un égout.


Ils s’aspirent, se boivent et s’enivrent.

Ils se goûtent, se mâchent, se digèrent.

Un jour, ils se vomissent.


 

Les êtres s’élastiquent l’un à l’autre.


Ils se croient libres mais tout les ramène à deux. Plus ils s’éloignent et plus ils reviennent vite, ramenés à toute vitesse par la tension de l’élastique.


Pour se défaire, il leur faut du soleil et du temps. Attendre que l’élastique soit cuit et qu’il tombe de lui même.

 


 

 


14 mai 2009 4 14 /05 /mai /2009 12:41


Momone, Marcel et Cie

 

 

 

Ils viennent à plusieurs couples, s’installent confortablement sur la plage avec leurs paniers qui débordent, leurs chaises pliantes, leurs serviettes bariolées, leurs parasols à fleurs. Les hommes ouvrent le journal du coin ; les femmes commentent paris match. Ils sont en retraite, tout ronds et tout bronzés, contents de la vie et aussi d’eux-mêmes. Les hommes ont de fausses ray-ban démodées et les femmes des teintures improbables. Ils s'apostrophent et rient de leurs propres plaisanteries. On ne peut pas les rater, ils prennent toute la place, on n’entend qu’eux.

 



Ils sont rigolos mais ils ne regardent jamais la mer.

 

15 avril 2009 3 15 /04 /avril /2009 18:07


Baise m’encor, rebaise-moi et baise ;

Donne l’en un de tes plus savoureux,

Donne m’en un de tes plus amoureux ;

Je t’en rendrai quatre plus chauds que braise

Louise Labbé

 

 

Baiser, toucher des lèvres des lèvres semblables, effleurer du rose des lèvres la douceur des lèvres.

 


La bouche parle des paroles et des baisers, des morsures et des chansons.

La bouche goûte délicatement à la peau de l’amant avant de le manger.

Il y a dans le baiser l’amour et l’affrontement de deux fronts qui se touchent.



 

Toutes les lèvres baisent.

Baiser c’est ouvrir le corps de l’autre.

 



On peut dans un baiser rester à la surface des choses ou plonger au fond de la mer.

On peut aspirer le souffle ou insuffler la vie.

 



12 mars 2009 4 12 /03 /mars /2009 17:54


Et l’Amante tient l’Amant comme un peuple de rustres, et l’Amant tient l’Amante comme une mêlée d’astres.

Saint John Perse

Amers

 

Du mouvement de la mer, coït uniforme de la terre avec la lune, procède le coït polymorphe et organique de la terre et du soleil.

Mais la première forme de l’amour solaire est un nuage au-dessus de l’élément liquide.

Le nuage érotique devient parfois orage et retombe vers la terre sous forme de pluie pendant que la foudre défonce les couches de l’atmosphère.

La pluie se redresse aussitôt sous forme de plante immobile.

Georges Bataille

 

 




Le Soleil fait lever les fleurs et la Lune rouler la mer. Tout est en mouvement : ce qui arrête de danser meure.


 



Et valsent les filles autour des garçons et les garçons autour des filles et les planètes autour du Soleil, pour que la vie se perpétue.


 



Les rayons du Soleil pénètrent la Terre, la réchauffent, la fécondent. Sur elle le ciel se couche et l’enveloppe et l’arrose. La Terre se laisse faire.


 


Au creux du ventre de la femme tourne la Terre ronde qui grossit et enfante ; au creux des reins de l’homme brûle le Soleil qui darde son feu comme une épée.


 



Et de ce fait, les jours aux nuits succèdent, pour que rien ne soit toujours pareil.






&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&







 

 

 



26 février 2009 4 26 /02 /février /2009 11:39

 

Et la femme est dans l’homme, et dans l’homme est la mer, et l’amour loin de mort sur toute mer navigue. Mais nous, que savons-nous des forces qui nous joignent ?… Entends battre mon aile dans ton aile captive.

Saint John Perse

Amers

 

Le lien qui lie l’homme et la femme dans le même lit,

 

c’est le parfum de la fleur au nez,

 


la parole de la bouche à l’oreille,

 


la béquée de la mère à l’oisillon,


 

C’est le doigt mis dans l’œil,



la graine cachée dans la fleur,



le souffle chantant dans l’instrument de musique,

 

la plume trempée dans l’encrier.

 



Un jeu de ballon entre enfants.

 



 

Juste la caresse d’une plume de flamand rose.

 

 

 

 

 

Présentation

  • : anne-claire thevenot / carnets temporels
  • anne-claire thevenot / carnets temporels
  • : carnets de vie, carnets de voyage, peintures et dessins, lecture et écriture, au fil des correspondances poétiques.
  • Contact

Les images et les textes .

Les images et les textes de ce blog sont protégés par la législation en vigueur sur la propriété intellectuelle. Ils ne peuvent être reproduits ou utilisés de quelque manière que ce soit sans autorisation écrite préalable de l'auteur.

Recherche