Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
27 janvier 2014 1 27 /01 /janvier /2014 00:00

 

  Au corps ficelé d'angoisse.

 

11C5-56-14 10 11 redimensionner

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

20 janvier 2014 1 20 /01 /janvier /2014 00:00

 

 

Ce que le cerveau angoissé fait au corps.

 

 

11C5-52-12 10 11 redimensionner

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

25 novembre 2013 1 25 /11 /novembre /2013 00:00

 

 

 

 

13-C1-03-01 11 12 redimensionner

 

 

13-C1-11-01 11 12 redimensionner

 

 

 

18 novembre 2013 1 18 /11 /novembre /2013 00:00

 

 

 

 

 

11C5-48-08 10 11 redimensionner

 

 

 

11C5-54-29 10 11 redimensionner

 

 

 

 

11 novembre 2013 1 11 /11 /novembre /2013 00:00

 

 

 

12C2-18-19 02 12r

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

4 novembre 2013 1 04 /11 /novembre /2013 00:00

 

 

 

 

 

 

12C2-21-26 02 12 redimensionner

 

 

12C2-26-26 02 12 redimensionner

 

 

12C2-30-26 02 12 redimensionner

 

 

 12C2-28-24 02 12 redimensionner

 

 

 12C2-29-24 02 12 redimensionner

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

28 octobre 2013 1 28 /10 /octobre /2013 00:00

 

 

Longtemps je suis restée sans voix

devant l’injustice de la vie, la méchanceté des gens,

la jalousie, l’envie, le mensonge, la bêtise.

Longtemps je suis restée sans conscience.

 

 

 

 

 12C2-57-23 03 12 redimensionner

 

 

 

Et puis un jour maudit

hélas j’ai compris.

 

 

 

 12C2-58-23 03 12 redimensionner

 

 

 

Depuis j’ai au ventre un noyau dur de colère noire

que la vie se charge chaque jour d’attiser.

 

 

 

12C2-61-22 03 12 redimensionner

 

 

 

 

 

 

22 octobre 2012 1 22 /10 /octobre /2012 00:00

 

 

 

09C1-22-22 01 09 redimensionner

 

 

09C1-23-22 01 09 redimensionner

 

 

 09C1-31-29 01 09 redimensionner

 

 

 09C1-32-22 01 09 redimensionner

 

 

 

 09C1-34-22 01 09 redimensionner

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

09C4-40-19 06 09 redimensionner

 

  09C4-40-19 06 09détail

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

8 octobre 2012 1 08 /10 /octobre /2012 00:00

 

 

 

11C2-21-17 04 11 redimensionner

 

 

 

11C2-34-17 04 11 redimensionner

 

 

 

 11C2-39-23 05 11 redimensionner

 

 

 

 11C2-23-24 04 11 redimensionner

 

 

 

 11C2-22-17 04 11 redimensionner

 

 

 

11C2-32-17 04 11 redimensionner

 

 

 

 11C2-35-17 04 11 redimensionner

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Madame Grès

 exposition au Musée Bourdelle

2011

388# Dans les plis du carnet : Madame Grès (1)  

389# Dans les plis du carnet : Madame Grès (2)  

 

 

1 octobre 2012 1 01 /10 /octobre /2012 00:00

 

 

 

 11C2-20-17 04 11 redimensionner

  

 

 

 11C2-30-17 04 11 redimensionner

 

 

   

 11C2-31-24 04 11 redimensionner

 

 

 

  11C2-28-17 04 11 redimensionner

 

 

 

  11C2-24-24 04 11 redimensionner

 

 

 

  11C2-25-17 04 11 redimensionner

 

 

 

 

 

 

 

Madame Grès

 exposition au Musée Bourdelle

2011

 

 

369# Dans les plis du carnet : Madame Grès (1)

24 septembre 2012 1 24 /09 /septembre /2012 00:00

 

 

11C2-18-17 04 11 redimensionner

 

 

Madame Grès

le pli gravé

le pli sculpté

souple et rigide

antique

intemporel

le pli du vêtement des dieux

et des nappes d’autel

sur le corps des femmes

droites et pures comme les statues.

 

 

11C2-19-17 04 11 redimensionner

 

 

  11C2-26-17 04 11 redimensionner

 

 

 

  11C2-27-17 04 11 redimensionner

 

 

   

  11C2-29-21 04 11 redimensionner

 

 

 

 

 

 

 

 

  

  

 

 

 

 

 

 

 

Madame Grès

 exposition au Musée Bourdelle

2011

 

21 mars 2011 1 21 /03 /mars /2011 00:00

 

 

trois petites robes noires

 

une

09C2-36-28 02 09r

 

 

deux

09C2-37-28 02 09r

 

 

trois

09C2-46-28 02 09r

 

 

et une petite robe blanche

09C4-32-06 06 09r

 

se promenaient dans les bois.

lalala

 

Que pensez-vous qu’il arriva ?

Quelle est celle que le loup mangea ?

 

 

 

 

 

 

 

 

235# Dans les plis du carnet : les petites robes (01)

239# Dans les plis du carnet : les petites robes (02)

243# Dans les plis du carnet : les petites robes (03)

 

 

 

 

10 janvier 2011 1 10 /01 /janvier /2011 00:00

 

 

La colonne vertébrale

 

09C6-59-01 11 09 redimensionner

 

C’était la ligne d’horizon.

Avec le temps, bascule

l’aiguille du quart à l’heure pile.

Elle est devenue colonne :

une échelle entre ciel et terre.

 

10C1-40-08 03 10r

 

La colonne vertébrale

n’est jamais toute droite

bien sûr

elle serpente à travers les âges

elle s’enroule comme un escargot

elle ondule entre épaules et reins

elle se tord d’émotion

elle se replie de peur

elle se fige de crainte de tomber

elle chemine entre vie et mort.

 

10C1-42-08 03 10r

 

Joli collier de perles d’os

déroulé articulé cliquetant

calibré suspendu dansant

parure cachée de la beauté du corps

en transparence sous le voile des robes.

 

10C1-47-08 03 10r

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

150# Dans les plis du carnet : ode à l'os (1)

152# Dans les plis du carnet : ode à l'os (2)

154# Dans les plis du carnet : ode à l'os (3)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

11 octobre 2010 1 11 /10 /octobre /2010 00:00

 

 

La matrice est rouge

L’intérieur est rouge, dissimulé, entrouvert, filtrant une lueur chaude

Le cœur est rouge

 

10-C2-25-18 04 10 redimensionner 

 

Mais

A l’extérieur le rouge est dangereux, qui ruisselle en sang versé

Qui brûle en lave ardente

 

10-C2-51-21 04 10 redimensionner 

 

Dans le secret du rouge,

le ventre digère et génère,

l’alchimie transmute la matière,

la vie et la mort en fusion se transforment l’une en l’autre

infiniment :

c’est l’œuvre au rouge.

 

10-C2-20-10 04 10 redimensionner 

 

Le rouge, comme un fruit mûr.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

191# Dans les plis du carnet : Rouge Chine (1)

193# Dans les plis du carnet : Rouge Chine (2)

197# Dans les plis du carnet : Rouge Chine (3)

 

 

 

 

 

5 septembre 2010 7 05 /09 /septembre /2010 11:47

 


Les femmes s’embouillonnent dans les froissures.

image1

Les hommes s’escargotent dans les godets.

image2

Au fil des siècles, le tissu est froncé, plié, ourlé, ondulé pour se montrer, se cacher, se transformer, mentir et révéler. Le corps est enserré de pinces, les bras couverts de saignées, le torse percé de crevés, le cou étranglé de godrons.

image3

Autour du corps, les plis exigeants des vêtements pour devenir humain…

image4

… mais des poches aussi, pour garder les secrets des singes.


21 juin 2010 1 21 /06 /juin /2010 00:00
10 mai 2010 1 10 /05 /mai /2010 00:00



Qui son visage farde à son cul pense

Proverbe indien

 



03C2-25-01 05 03 redimensionner

 

Tête de lit, tête de linotte ;

Tête à tête puis tête-à-queue ;

Perdre la tête tête-bêche ;

 


03C2-29-01 05 03 redimensionner

 

Tête de mort

 


08C7-05-12 11 08 redimensionner

 









128# Dans les plis du carnet : visages (1)
130# Dans les plis du carnet : visages (2)
144# Dans les plis du carnet : visages (3)
146# Dans les plis du carnet : visages (4)
156# Dans les plis du carnet : visages (5)





3 mai 2010 1 03 /05 /mai /2010 00:00


La peau du visage est celle qui reste la plus nue, la plus dénuée. La plus nue, bien que d'une nudité décente. La plus dénuée aussi : il y a dans le visage une pauvreté essentielle ; la preuve est qu'on essaie de masquer cette pauvreté en se donnant des poses, une contenance.

Emmanuel Levinas, Ethique et infini, Fayard, 1982, p.90

 


09C3-08-16 04 09 redimensionner

 

Cette peau nue des visages,

offerte, impudique,

 


09C3-34-16 04 09 redimensionner



la pornographie des visages,

les lèvres ouvertes, le nez dressé,

tous les sens naissent au visage.

 


09C3-29-16 04 09 redimensionner

 

pourquoi ne détournez-vous pas le regard

vous qui craignez de baisser les yeux sur le corps nu

 


09C3-20-05 04 09 redimensionner

 

car tout est déjà inscrit sur le visage,

tout est cru.

 


09C3-35-16 04 09 redimensionner






128# Dans les plis du carnet : visages (1)
130# Dans les plis du carnet : visages (2)
144# Dans les plis du carnet : visages (3)
146# Dans les plis du carnet : visages (4)


26 avril 2010 1 26 /04 /avril /2010 00:00



Le bassin



09C6-57-01 11 09 redimensionner

Comme un bol sans fond,

Le bassin laisse passer le temps,

laisse couler les eaux

laisse entrer et sortir :

une porte



09C6-60-01 11 09 redimensionner

un passage interdit vers le paradis.



09C6-61-01 11 09 redimensionner


Entre l’intérieur et l’extérieur, le bassin ouvert

comme une bouche sans voix



09C6-63-23 10 09 redimensionner

Dans le bassin, se baigner,



09C6-65-23 10 09 redimensionner

Entre ses ailes, se lover.



09C6-68-27 10 09 redimensionner

Un jour parce que le bassin a basculé s’est dressé l’homme.

Si fort qu’il porte l’humain de l’homme,

le bassin : un socle une terre un piédestal.


09C6-69-01 11 09 redimensionner


Une coupe à pieds qui marche sur la table.



09C6-70-01 11 09 redimensionner

 

L’homme est un panier percé.



09C6-71-01 11 09 redimensionner







150# Dans les plis du carnet : ode à l'os (1)
152# Dans les plis du carnet : ode à l'os (2)
19 avril 2010 1 19 /04 /avril /2010 00:00



La cage thoracique




09C6-58-01 11 09 redimensionner

La courbe en répétition parallèle

autour du cœur,

autour du battement du temps.

 



09C6-67-27 10 09 redimensionner

Circonvolutions elliptiques du mou,

arc de protection de l’étincelle de vie,

pour maintenir le feu sacré

des tendres poumons.

 



09C6-40-15 10 09 redimensionner

 

Comme les doigts d’un dieu autour du torse de l’homme

qui tiennent retiennent ou qui broient.

 

09C6-46-23 10 09 redimensionner

 

Enfermement des craintes

dans la prison-thorax,

et gonflement d’orgueil tendu.

Je suis le grand gorille

à la large poitrine.

 

 

09C6-54-25 10 09 redimensionner

 

09C6-51-23 10 09 redimensionner


09C6-53-12 10 09 redimensionner

 

 

La cage thoracique

comme un tambour pour annoncer l’orage,

comme un moucharabieh pour entrevoir le monde,

comme une cuillère à spaghetti pour dire n’importe quoi,

comme une cachette pour garder ses angoisses

au chaud.


09C6-62-23 10 09 redimensionner

Ouvrez donc la cage aux oiseaux ; 

laissez s’envoler les peurs 

ailleurs.


09C6-64-23 10 09 redimensionner

 

 

 

Les 7 dernières pages sont des dessins réalisés à partir des sculptures-membranes de Tïa Calli Borlase.



150# Dans les plis du carnet : ode à l'os (1)

 



12 avril 2010 1 12 /04 /avril /2010 00:00



A cause de cela, (…) je voudrais être l’os (…).

Hervé Guibert

Le mausolée des amants

 

Le dimanche suivant arriva en effet Rebecca.

Elle n’avait pas dépassé onze ans. (…)

Pour tous bagages, elle avait une mallette d’effets personnels,

un petit fauteuil à bascule en bois décoré à la main de petites fleurs multicolores,

et une sorte de sacoche en toile goudronnée

qui faisait un bruit continuel de cloc-cloc-cloc,

dans lequel elle transportait les ossements de ses parents.

Gabriel Garcia Marquez

Cent ans de solitude

 


09C5-25-18 07 09 redimensionner

 

Les os

Les eaux

- ce qui reste de nous

après nous

des os

des mots

- ce qui nous porte

 

 

09C5-37-09 08 09 redimensionner

 

C’est l’immortel, le pur, le blanc

malgré les couleurs de peau, les mêmes os pâles

deux cent six os posés en souvenir de nous

dans un point du cosmos

 

 

09C5-40-09 08 09 redimensionner

 

L’os dur au creux du mou,

la charpente, les piliers de la tente

 

 

09C7-14-12 11 09 redimensionner


 

Et pourtant la souplesse des os

tordus

par la vrille des émotions

bossus

sous le poids des regrets

 

 

09C5-18-11 07 09 redimensionner


 

L’os a un cœur d’éponge sous une écorce d’arbre,

il sèche de vieillesse sans amour,

il se brise d’un instant de désespérance,

il tresse la dentelle fragile de l’ostéroporose

qui orne le squelette des aériennes

 

 

09C5-32-24 07 09 redimensionner

 

Osselet se cache dans la carcasse

Mais sous la peau l’os ose un signe

ostensible

 

La première chose de l’intérieur

que l’homme vit de lui

quand il gratta jusqu’à l’os ;

il cherchait la raison de son malheur sur Terre :

il tomba sur un os.

 

 

09C7-02-10 11 09 redimensionner

 


L’origine et la fin :

en poussière d’os

tombent les sourires éternels des crânes.

 

 

 

 

 

29 mars 2010 1 29 /03 /mars /2010 00:00



06C3-39-07 07 06 redimensionner


Spirale de galaxie dans le crâne,

Le cerveau flotte sur l’océan.

La terre est ronde comme une tête.

Pique des étoiles à mes cheveux.

Pic et pic et pic



06C3-40-07 07 06 redimensionner


… et le bleu des yeux déborde.



06C3-43-07 07 06 redimensionner






128# Dans les plis du carnet : visages (1)
130# Dans les plis du carnet : visages (2)

144# Dans les plis du carnet : visages (3)

22 mars 2010 1 22 /03 /mars /2010 00:00


Après 40 ans une femme doit choisir entre sa silhouette et son visage. Choisissez le visage et restez assise !

Barbara Cartland

 

 

02C5-13-01 11 02 redimensionner

 

Visible est le visage

Il s’avance tout nu

Dépourvu de tout

 

02C5-14-15 11 02 redimensionner

 

Fragile il se défend

se compose, se maquille,

se gomme, s’épile,

se fond-de-teintise,

se retend, se défrippe,

se trafique, se chirurgique,

se lifte, se tartine,

se voile, se masque,

s’UVéise, se socialise.

 

finalement, plus que tout le corps, il ment.

Heureusement.

 

03C2-30-01 05 03 redimensionner


 


 


 


 


 

128# Dans les plis du carnet : visages (1)
130# Dans les plis du carnet : visages (2)


 


 

 

25 janvier 2010 1 25 /01 /janvier /2010 00:00



09C4-46-19 06 09 redimensionner

 

Le visage est l’élément essentiel de l’identité, l’expression de l’émotion, le siège des sens. Et pourtant, jamais un être ne voit son visage directement.

 

09C4-49-21 06 09 redimensionner

 

Et comme les photos sont menteuses, il doit faire confiance aux miroirs.

 

09C4-50-21 06 09 redimensionner

 

Il cherche son reflet dans le regard des autres. Pour se voir, pour se connaître, il se jette, il se projette autour de lui.

 

09C4-51-21 06 09 redimensionner

 

Il lui faut se pencher sur les eaux sombres, celles qu’il est dangereux de réveiller, au risque de ne pas se reconnaître.

 

09C4-55-23 06 09 redimensionner


 


 

Car on regarde moins son visage qu'on ne l'imagine.



 


 


 


 


 


 


 


 


 


 


 


 


 


 


 

 

30 juin 2009 2 30 /06 /juin /2009 10:34



Les plis du corps

 


Le pli se forme à l’intime du corps, au plus secret, au plus profond de l’être.

Le corps se plisse quand on enlace, quand on s’enroule, quand on se cache, quand on s’endort.




Les plis du corps ourlent l’obscur et l’inconnu.

Toutes ces bouches louches qui bavent et murmurent. Qui avalent et crachent le bonheur et la merde, indifféremment l’un l’autre, avidement.


 



Ouvrir les plis du corps, c’est presque toucher l’âme, sentir sa chaleur et son odeur. Par eux respire l’intérieur intouché du vivant. Par eux s’opère l’enfoncement dans l’enveloppement du corps comme une ingestion originelle.

 

 

 

 

Présentation

  • : anne-claire thevenot / carnets temporels
  • anne-claire thevenot / carnets temporels
  • : carnets de vie, carnets de voyage, peintures et dessins, lecture et écriture, au fil des correspondances poétiques.
  • Contact

Les images et les textes .

Les images et les textes de ce blog sont protégés par la législation en vigueur sur la propriété intellectuelle. Ils ne peuvent être reproduits ou utilisés de quelque manière que ce soit sans autorisation écrite préalable de l'auteur.

Recherche